mercredi 31 mai 2017

Carnets d'un temps inconnu / 31-05-2017


Ecrire à même le téléphone. 8h20.

Sommeil court, même le fils de 14 ans a peiné à s'endormir. Traîné au salon avec moi jusqu'à 23h30. Fini par dormir à mes côtés. Ça bouge un ado la nuit.

Soleil très vif dès le lever. Mieux vaut ça qu'un ciel bas. Un tour sur FB quand même. Un peu d'actualités sur Libé. Indifférent.

Stressé par la demande de la metteuse en scène qui a repris le projet Candide (première fois en 30 ans que je renonce à un projet mais comment faire autrement quand on ignore le contenu des jours semaines mois à venir) d'avoir l'adaptation prête pour fin juin.

Alors que justement, de quoi sera fait le temps en dehors de l'hôpital d'un côté et de l'école pour les examens du gamin de l'autre? 15 jours d'examens où qu'on soit.

Et écrire, temps et tête à écrire pour cultiver son jardin. Et pas un euro qui rentre en dehors d'un jour de tournage dans une série. Tarif plus bas qu'une animation chez Cora. Pour une série diffusée sur France 2. J'entends déjà les « Hé je t'ai vu hier à la télé dans le feuilleton. Super! Bon c'est court mais...»
Mais rien, c'est du job, un jour de contrat.
Ce n'est ni glorieux, ni méprisable. C'est comme ça.

Opération réussite serait titre du mois/roman de nos vies de juin.

Je croise Milady Renoir dans le tram. Elle va manifester pour soutenir six personnes condamnées pour s'être opposé dans un avion à l'expulsion d'un sans-papier. Échelle des souffrances sans échelon véritable.






Même étage, même salle d'attente. On connaissait les lieux pour moi. On y revient pour elle.

Ne pas regarder les autres qui attendent. Trop démoralisant. Ces visages ternes crispés figés fixés dans le vide.

Déluge de jargon. Clair et obscur. On note. Puis on oublie de noter. Un deuxième avis, il comprend bien le spécialiste.

Quand fini pour elle qui file faire prise de sang dans un autre hôpital, là où l'opération aura lieu, je reste là pour ma prise de sang semestrielle. On fait un concours?

L'infirmière propose un café. Déjà bu assez comme ça au réveil.

Consulté mails. Proposition d'adapter et mettre en scène un texte de Jean Ray.
Que répondre si ce n'est oui. Oui mais.

Propositions d'animations à l'autre bout de la Belgique. 400 bornes A-R. Non. Pitié non, tant pis pour les euros.

11h13. Tram retour. Soleil. Passer l'aspirateur en rentrant. Arrêter de manger du sucre.
Oui mais le chocolat... Arrêtons ensemble s'est-on dit.

Envies immédiates: continuer lecture de «Derborence» de Ramuz. Magnifique écriture. Livre fascinant. Le film vu il y a 30 ans aussi.

13h30. Passé l'aspirateur comme un fou, défouloir momentané.

14h07. Mis un commentaire sur un post de François. Stop Fb pourtant.

Stop.

Il faudrait se replonger dans le travail sur Candide, la concentration est quelque part mais où?


15h. Le plus grand s'en va. A mercredi prochain.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire